Une langue pour les gouverner tous !

Plus qu’un élément important dans l’œuvre de J.R.R. Tolkien, les langues elfiques sont la raison pour laquelle l’histoire a été écrite. C’est ce qu’affirme l’auteur à plusieurs reprises dans sa correspondance : le « Seigneur des Anneaux » a été conçu pour donner un contexte d’utilisation à la phrase elfique de salutations « Elen síla lúmenn’omentielmo » (une étoile brille sur l’heure de notre rencontre).

Conférence (Marine Verriest) – samedi 23 octobre (11h30 – 12h30)

De nombreux créateurs ont suivi son exemple : les langues inventées sont de plus en plus fréquentes dans les mondes fictionnels, qu’ils soient littéraires, cinématographiques ou vidéoludiques. Nous pouvons citer l’ancien langage dans le cycle de l’ »Héritage » de Paolini (2003-2011), le na’vi dans le film « Avatar » (2009), le dothraki dans la série « Game of Thrones » (2011-2019) ou encore la langue des Wenja dans le jeu vidéo « Far Cry : Primal » (2011).

Toutes ces langues ont en commun de susciter le plaisir par l’esthétique ou, de manière plus pragmatique, d’apporter une consistance et une cohérence à une œuvre fictionnelle. Dans le jeu de rôle sur table ou le GN, les langues construites peuvent appuyer le sentiment d’immersion.

Dans cette conférence, nous présenterons le travail créatif de Tolkien (véritable chef de file des créateurs de langues artistiques) en nous appuyant sur le concept de Faërie. Par ce terme emprunté à la poésie médiévale, l’auteur du « Seigneur des anneaux » désigne un concept riche et complexe qui « ne peut être capturé dans un filet de mots ». C’est à la fois un lieu magique, « un territoire dangereux », et un état d’esprit, l’enchantement que provoque l’évasion de l’âme dans cet espace-temps merveilleux.

Share